La vache

Voici une série de question-réponse sur les vaches. Chaque jour une question, avec illustration, est publiée sur Facebook et la réponse donnée le lendemain. La série a débuté le 25 mars 2020.

Trouver des idées de recettes à base de produits laitiers? Des idée de comment traiter le lait à l’école ou de recevoir le poster “en visite chez le producteur de lait“?  Vous trouverez de tout sur: www.swissmilk.ch, ainsi que beaucoup de documentations à commander auprès de: www.agirinfo.com/agriculture/documentation/

Question 1: Quelle(s) race(s) de vache connaissez-vous et savez-vous pour quoi (quelle fin) elles sont élevées?
Réponse: Il existe de très nombreuses races de vache (affiche en PDF). Nous parlons de race à une fin, les laitières (holstein, red holstein, montbéliarde, normande, jersey…) ou les races à viande (limousine, charolaise, angus, blonde d’aquitaine, highland, galloway, salers…). Il y a également les races à deux fins, lait et viande (swiss flekvieh, brune d’origine, simmental, grise rhétique…) et pour une en particulier, on peut parler de race à trois fins – combat, viande et lait (hérens).
Sur notre photo, Carole est une limousine et sa fille Céline est issue d’un taureau piémontais.

Question 2: Que mange une vache et combien d’estomac a-t-elle?
Réponse: Une vache mange principalement de l’herbe, fraîche ou sous forme de foin/regain (herbe séchée) ou du silo d’herbe (stockée dans un silo ou en balle elle fermentera. Pensez à la choucroute à titre de comparaison). Une vache mange aussi du maïs (fraîchement coupé ou en silo), mais également des concentrés de céréales, du tourteau de colza, de la pulpe de betteraves, voire des pommes de terre.
Toutefois, le régime alimentaire varie selon la région et les cultures possibles, mais surtout en quoi le lait sera transformé. Car son alimentation modifiera le goût du fromage. Par exemple, “dans les exploitations dont le lait est destiné à la fabrication du Gruyère, la préparation et la distribution d’ensilage de toutes espèces sont interdites”, comme le précise le cahier des charges du Gruyère.
La vache, en tant que ruminant, a quatre estomacs (poster en PDF): la panse, le bonnet, le feuillet et la caillette. Petite astuce mnémotechnique pour s’en souvenir: je pense à mon bonnet et je feuillette mon cahier.

Question 3: Quel(s) autres animal(aux) de ferme produisent du lait et que peut-on faire avec ce lait (en quoi est-il transformé)?
Réponse: La brebis et la chèvre sont les deux autres animaux de ferme qui produisent du lait que nous, humain, récoltons. On peut boire le lait, le mélanger avec du cacao ou du miel, en faire un shaker, mais le lait on peut aussi le transformer en fromages ou l’utiliser pour produire des yoghourt ou pour certaine recettes de cuisine. Concernant le beurre, on utilise la crème qui se trouve naturellement dans le lait (poster “En visite chez le producteur de lait“). Si vous aller chercher du lait frais chez le paysan, que vous le laissez reposer dans un récipient, au bout de quelques heures une couche, plus jaune et épaisse, se formera, c’est la crème qui monte.
Comment faire votre beurre? C’est facile. Prenez un petit peu de crème entière, mettez-là dans un petit récipient en verre (par exemple un petit pot de miel vide et nettoyé) et secouez en tenant le pot entre le pouce et l’indexe ou juste par le couvercle s’il est bien fermé. Il faut à tout prix éviter de chauffer le pot. Secouez, secouez, secouez jusqu’à l’obtention d’une boule. C’est votre beurre et le liquide qui restera autour s’appelle le babeurre. Goutez-le, vous verrez qu’il est sucré. Si vous êtes flemmards ou que vous voulez en faire beaucoup et ne pas secouez trop longtemps, utilisez un robot ménager pour battre la crème.

Question 4: Combien de litres d’eau boit une vache quotidiennement?
Réponse: Une vache en lactation boit entre 80 et 140 litres d’eau par jour (plus il fait chaud, plus elle boit). La consommation d’un veau d’une centaine de kilos est de 10 à 20 litres par jour.

Question 5: Savez-vous à quoi servent les boutons jaunes aux oreilles des vaches?
Réponse: Ils servent à identifier les vaches. Avec son numéro unique, en consultant la BDTA (banque de données sur le trafic des animaux), on peut tout savoir sur elle (sa date de naissance, les écuries par lesquelles elle est passé, sa descendance, ses parents…). En effet, à chaque changements, l’agriculteur est tenu de l’inscrire dans la BDTA. En Suisse, c’est donc une obligation de mettre un bouton à chaque oreille des animaux à onglons, dès sa naissance. Une vache ne peut quitter son écurie sans être munie de ses deux “boucles d’oreilles”. Si elle en a perdu une, à l’exploitant de recommander et remettre le bouton perdu.