Le jardin

Question 1: Qu’est-ce que c’est?

Réponse: Il s’agit d’une spirale à herbes aromatiques. Sa forme et hauteur permettent de placer les plantes selon leur besoin en ombre, soleil et eau. Par exemple, celles qui supportement mieux la chaleur et sécheresse seront au centre tout en haut, alors que celles ayant besoin d’eau, seront placées en bas. La structure en pierres qui maintient la terre permet à la petite faune et aux insectes d’avoir un lieu d’habitation. Nous avons créé cette spirale ce printemps et quelques jours plus tard des lézards avaient déjà élus domicile.

Question 2: Que signifie pour vous la rotation et pouvez-vous nous donner des exemples?
Réponse: En Suisse, dès que vous cultivez plus de 3 hectares, vous devez avoir minimum 4 cultures dans votre rotation. Ceci pour lutter naturellement contre les maladies et ravageurs, mais aussi pour préserver le sol. Dans le jardin, une rotation est fortement conseillé, en évitant de planter toujours les mêmes légumes au même endroit. En effet, certaines plantes, comme les choux, prennent beaucoup de nutriment du sol pour se développer, alors que d’autres, tels les haricots, vont amener de l’azote. Le système racinaire varie d’une plante à l’autre et chacune va puiser ses nutriments à différentes profondeurs. Idéalement, on parle d’intervalle de 3 à 4 ans pour le jardin. Il y a plusieurs manières de penser rotation, par exemple en mettant par intervalle les types de légumes (fruits, racines, feuilles et graines), les familles de légumes (liliacées, solanacées, fabacées, brassicacées, cucurbitacées) ou les légumes selon leur besoin de fertilité du sol (gourmands, bons-mangeurs, sobres).

Question 3: Quels engrais naturels connaissez-vous?
Réponse: Avec des orties vous pouvez faire du purin qui est riche en azote (laissez macérer plus de 24 heures vos orties, en dessous de 12h, cela vous donnera un jus d’ortie qui est un fortifiant préventif contre les pucerons et acariens). Le fumier est un autre bon engrais naturel, mais attention à choisir le bon selon votre type de sol ou votre utilisation. Par exemple, celui de cheval ira bien au pied des roses, tomates ou cucurbitacées, celui de bovin convient aux sols légers, calcaires et siliceux, celui de poules est très riche en azote et peut brûler vos plantes. Nous utilisons aussi de la paille pour éviter d’avoir un sol nu, une fois dégradée, elle apportera de l’azote à votre sol. Les mauvaises herbes ne sont pas toujours mauvaises, car une fois sarclées, laissez-les sécher sur le sol qu’elles enrichiront en se décomposant. Bien entendu, le compost réalisé avec vos déchets de cuisine et de jardin est un excellent engrais.

Question 4: Quelles plantes peut-on associer pour améliorer sa récolte?
Réponse: Il existe des dizaines de possibilités. Nous plantons des tagètes à côté des tomates, l’odeur de ses fleurs a un effet répulsif sur certains ravageurs. Les oignons ou l’ail sont de bon alliés que nous mettons avec les fraises ou carottes et éloignent ainsi les insectes. Nous apprécions aussi l’aide de la capucine qui attire les pucerons. Ces insectes préfèreront ainsi cette fleurs aux courgettes voisines par exemple. S’il y a des associations bénéfiques, certains voisinages sont parfois aussi à éviter.

Question 5: Avez-vous une idée de l’évolution du jardin au fil des saisons?
Réponse: En mars, nous préparons en général le jardin, avril et mai sont consacrés à la plantation et les récoltes débutent en mai avec radis, salades et fraises et, pour certains légumes, tels les poireaux et choux, la récolte s’effectue aussi l’hiver. Avant la saison froide, nous couvrons les parties nues de paille et laissons les autres en “friche”, ainsi certains animaux pourront y trouver de la nourriture et des endroits où s’abriter.